20e Journée internationale de sensibilisation aux surdoses : se souvenir, mais surtout agir !

27 août 2020

À l’approche de la 20e Journée internationale de sensibilisation aux surdoses, l’AIDQ, l’AQCID, l’AQPSUD, le CAPAHC et la COCQ-SIDA s’associent pour la création et la diffusion, sur le web, de capsules vidéo destinées à l’ensemble des citoyens et citoyennes du Québec. Présentant les témoignages de cinq personnes touchées par la crise des surdoses, ces capsules, qui seront rendues disponibles du 27 au 31  août, ont pour but de sensibiliser la population aux surdoses et de contribuer à la mise en place d’actions concrètes visant à prévenir les morts par surdose au Québec.

Le 31 août prochain, des communautés à l’échelle planétaire commémoreront la Journée internationale de sensibilisation aux surdoses. Ce dernier lundi d’août rend hommage à la mémoire des êtres chers qui sont décédés ou ont subi une blessure permanente à la suite d’une surdose de drogue et vise à reconnaitre le chagrin ressenti par les familles et les amis. Mais au-delà d’une journée de deuil et de souvenirs, cette commémoration est un jour d’espoir, en reconnaissance des dizaines de milliers de vies qui ont été sauvées d’une surdose. Elle est aussi un cri du cœur vers la communauté et un appel à la solidarité et à l’action pour réduire et éviter les pertes de vies qui y sont reliées, la stigmatisation des décès liés à la drogue et l’impact des surdoses, notamment sur la vie des proches.

Au Québec, pour la période de janvier 2019 à mars 2020, il y a eu 530 décès reliés à une intoxication suspectée aux opioïdes ou autres drogues.[1] Depuis, les impacts de la COVID-19 sur le système de santé et les risques qu’elle crée pour les personnes vulnérables se font sentir, le nombre de décès atteignant des sommets rarement ou jamais atteints au Québec, comme en Ontario ou en Colombie-Britannique.

Il est urgent de répondre à cette double crise de santé publique, en plaçant les personnes faisant l’usage de substances, leurs familles et amis au centre de nos politiques et stratégies, et ce, sans jugement et stigmatisation.

Aujourd’hui, ce qui nous rassemble, ce ne sont pas ces chiffres choquants, mais plutôt les témoignages d’une mère de famille ou encore d’une personne faisant l’usage de substances et le partage d’un message de solidarité : les individus, comme les organisations, peuvent agir ensemble, pour prévenir les surdoses et sauver des vies. Tous et toutes sont invités à se souvenir de ceux que nous avons perdus  prématurément et à favoriser une communauté d’éducation et de connaissances sur les surdoses, l’usage des substances psychoactives, la réduction des méfaits et le rétablissement, afin d’éviter de nouvelles tragédies.

 « J’ai bon espoir, mais il faut agir rapidement, parce qu’il y a des gens qui meurent à tous les jours et ces êtres humains, c’est la proche ou le proche de quelqu’un, qui est peut-être votre voisin, votre ami, votre oncle, votre tante, quelqu’un de la famille, un collègue. » souligne, Isabelle Fortier, mère dont la fille est récemment décédée, Moms Stop the Harm.

Nous invitons les citoyennes et citoyens du Québec à être solidaires à la cause et à joindre la lutte contre les surdoses en posant l’une des actions proposées de la façon suivante :


Voir les capsules vidéos

Jeudi 27 août 2020 – Capsule 1 : Isabelle Fortier, mère dont la fille est récemment décédée, leader régionale chez Moms Stop the Harm

Vendredi 28 août 2020 – Capsule 2 : Frankie Lambert, Association québécoise pour la promotion de la santé des personnes utilisatrices de drogues (AQPSUD)

Samedi 29 août 2020 – Capsule 3 : Louis Letellier de St-Just, cofondateur et président de CACTUS Montréal et membre du conseil d’administration de l’Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ).

Dimanche 30 août 2020 – Capsule 4 : Kira London-Nadeau, présidente du conseil d’administration, Étudiant.es Canadien.nes pour les Politiques Éclairées sur les Substances Psychoactives (ÉCPÉSP)

Lundi 31 août 2020 – Capsule 5 : Isa-Belle St-Sauveur, personne ayant fait l’usage de substance, psychosociologue, auteure et conférencière


Partagez nos messages

Partagez nos capsules vidéo accompagnées du message suivant : « Un décès lié à la consommation de drogues est une mort de trop. Évitons les tragédies, soyons solidaires et agissons pour prévenir les surdoses ! », en utilisant les hashtags # suivants : #SensibilisationAuxSurdoses #OverdoseAware #JISS2020 #IOAD2020.


Apposez cadre Facebook – JISS2020 sur votre photo de profil et soutenez ceux qui souffrent de la crise des surdoses et de ses effets. Envoyez ce message à vos proches, vos amis, vos collègues, votre réseau : « La vie de chaque personne est précieuse, la stigmatisation des personnes faisant l’usage de substance doit cesser ! », en utilisant les hashtags suivants : #SensibilisationAuxSurdoses #OverdoseAwareness #JISS2020 #IOAD2020.


Ajoutez notre image de couverture sur votre page Facebook ! et partagez l’un des messages présentés ci-haut !

Envoyez un courriel

Contribuez à la mise sur pied d’actions concrètes en envoyant un message clair aux autorité. Transmettez un courriel personnalisé aux
autorités fédérales et provinciales suivantes, faisant la promotion d’un Québec sans surdoses et sans stigmatisation, pour la mise en place de mesures visant à réduire les décès par surdose.


Campagnes vidéo

Partagez votre propre capsule vidéo avec les décideurs de manière à leur faire parvenir les raisons pour lesquelles nous avons besoin de poser des actions concrètes pour mettre fin au décès par surdoses. Utilisez les hashtags #SensibilisationAuxSurdoses #OverdoseAwareness #IOAD2020. Pour ce faire, partagez votre propre vidéo/déclaration face au besoin d’agir face à cette crise.

Envoyez vos messages à l’intention des autorités fédérales et provinciales suivantes et partagez-les avec nous à projets@aidq.org.


Télécharger le cadre Facebook

Télécharger l’image de couverture Facebook


1. Décès reliés à une intoxication suspectée aux opioïdes ou autres drogues au Québec, juillet 2017 à mars 2020 (Source : Bureau du Coroner) Institut national de santé publique du Québec.