Cannabis, légalisation et pratiques novatrices

15 juin 2017

Auteur : Anne Elizabeth Lapointe

La légalisation du cannabis entraînera des retentissements importants sur l’ensemble des Québécois. Dans les médias, les discours anecdotiques et scientifiques souvent contradictoires se succèdent à grande cadence et plus personne n’arrive à se soustraire de la confusion ambiante : encore moins les jeunes! Mais que peut-il être fait dès maintenant pour assurer leur protection? Bien que la question semble simple, plusieurs enjeux entourent la conception, la mise en place et l’évaluation de programmes de prévention de l’usage précoce et excessif des drogues en général, et du cannabis en particulier.

À l’aube de la légalisation du cannabis, plusieurs intervenants du monde de la prévention aimeraient adapter les protocoles de prévention et ainsi espérer développer des pratiques novatrices. Toutefois, tous ne savent pas par où commencer et certains redoutent de s’éloigner des meilleures pratiques.

 Meilleures pratiques et créativité

Au Québec, on privilégie les programmes basés sur les données probantes, et c’est tant mieux. Il faut savoir qu’il existe plusieurs pratiques d’intervention en prévention des toxicomanies chez les jeunes et que plusieurs d’entre elles se fondent sur l’approche École en santé dédiée aux saines habitudes de vie ou tiennent compte des facteurs prédictifs de l’efficacité d’autres programmes de prévention. Par exemple, une approche de prévention universelle basée sur les meilleures pratiques mise habituellement sur la promotion de la santé dans un contexte non moralisateur où l’intelligence, le sens critique, et les intentions positives des jeunes sont valorisés. Ce faisant et sans jamais aborder ou disséquer une substance en particulier, on espère qu’en développant des compétences plus générales (connaissance de soi, engagement social, etc.), les jeunes auront notamment la capacité et le réflexe de refuser ou remettre à plus tard la consommation d’une substance.

Les meilleures pratiques créent cependant des réactions négatives chez certains intervenants qui n’y voient là qu’une barrière à leur innovation et créativité. Cette vision est erronée puisque l’expérience passée doit servir de socle à l’élaboration de pratiques prometteuses en matière de prévention des toxicomanies chez les jeunes.

Les meilleures pratiques ne devraient-elles pas être la matière première de la créativité ? Mais, par où commencer ? Une seule réponse est ici admissible : la recherche.

« La prévention est la seule façon d’éviter les problèmes liés à la consommation », déclarait dernièrement  Jean Lapointe en point de presse.

En collaboration avec la Direction régionale de santé publique (DRSP) et le Centre canadien sur  les dépendances et l’usage des substances (CCDUS), le CQLD participera à un projet de recherche portant sur l’évaluation de l’évolution des croyances des élèves du premier cycle du secondaire en réponse à la légalisation du cannabis. Une fois révélées, les données robustes traitant des perceptions, des accès et des attitudes entourant le cannabis permettront de savoir comment mieux adapter certains programmes actuels de prévention des toxicomanies.

Sans avoir l’audace de concevoir et d’évaluer scientifiquement des programmes de prévention novateurs en ce qui touche le cannabis, comment savoir que ce que nous faisons est ce qu’il y a de mieux pour nos jeunes ?

Anne Elizabeth Lapointe est directrice générale du Centre québécois de lutte aux dépendances (CQLD)


Références :

CCLAT (2009). Consolider nos forces : Normes canadiennes de prévention de l’abus de substances en milieu scolaire. Un guide pour les intervenants en santé et en éducation (version 1.0). Ottawa : Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies. 2009 : 76 p.

Hawks, D., Scott, K., McBride, N., Jones, P., & Stockwell, T. (2002). Prevention of psychoactive substance use: A selected review of what works in the area of prevention. Geneva  World Health Organization (WHO), 277 p.

Laventure, M., Boivert, K. et Besnard, T. (2010). Programmes de prévention universelle et ciblée de la toxicomanie à l’adolescence : recension des facteurs prédictifs de l’efficacité. Drogues, santé et société, vol. 9 no 1, pp. 121-164

Peterson, R. (2014). Meilleures pratiques de prévention des toxicomanies en milieu scolaire. Direction de santé publique. Document préparé par le Comité régional École en santé et les organismes communautaires spécialisés en toxicomanies afin de supporter la planification de services préventifs en milieu scolaire. Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière. Québec.

Pas encore de commentaires.