Sommet francophone sur la réduction des méfaits : une conception commune des enjeux liés à la problématique des dépendances

14 mars 2017

Auteur : Lisa Massicotte

La réduction des méfaits est une approche éprouvée qui bénéficie tant aux personnes qui consomment des substances, qu’à leurs familles et à leur communauté. Approche globale, fondée sur la santé et les droits de la personne, elle reconnait que l’utilisation de substances nuisibles est affaire de santé et non criminelle. D’où l’importance d’en réduire les méfaits.

Les programmes de réduction des méfaits varient d’un endroit à l’autre, mais ils comprennent généralement les services suivants : éducation sur l’usage sécuritaire des drogues et rapports sexuels protégés, distribution de matériel neuf d’injection et d’inhalation, distribution de condoms, services ou installations de consommation sécuritaire, programmes de prévention et de traitement des surdoses et thérapies de substitution aux opioïdes.

Bien qu’éprouvés, ces services souffrent d’un sous-financement chronique. Ils font pourtant partie d’un vaste continuum de soins qui englobe d’autres services à bas seuil et d’autres types de traitement. Le financement est donc un enjeu majeur rencontré au Québec, tout comme dans le monde francophone, qui freine le  déploiement de tels services. Le Québec ne compte toujours pas de sites d’injection supervisée bien que le sujet soit à l’ordre du jour et que l’ouverture des premiers sites soit attendue pour le printemps. La distribution de matériel neuf dans les prisons est encore prohibée, alors qu’il s’agit d’un milieu hautement à risque d’infection au VIH et VHC. La Naloxone, bien qu’ayant fait ses preuves pour réduire les surdoses, n’est pas toujours accessible. Les organismes communautaires chargés de la prestation de services de réduction des méfaits doivent souvent lutter pour leur propre survie.

Autre enjeu lié à la réduction des méfaits : la nécessité d’élargir sa portée à d’autres modes de consommation. Les services de réduction des méfaits ont été traditionnellement déployés auprès des personnes utilisatrices de drogues injectables pour la prévention du VIH et d’autres pathogènes transmissibles par le sang. Mais l’usage accru de médicaments sur ordonnance, les décès liés à une surdose d’opioïdes comme le fentanyl, la surconsommation dans les milieux festifs, tous ces phénomènes nous obligent à élargir la portée de la réduction des méfaits à d’autres modes de consommation et à réfléchir à d’autres modalités de services pour prévenir les risques et traiter les méfaits. À cet effet, les services d’analyse de drogues ou le drug testing méritent une attention et un appui beaucoup plus soutenus.

Ces deux enjeux, soit le financement adéquat des services de réduction des méfaits et leur élargissement à d’autres modes de consommation, seront abordés dans le cadre du premier Sommet francophone sur la réduction des méfaits qui se déroulera à Montréal le 13 mai 2017.

Le Sommet mettra à contribution quatre acteurs associatifs qui partagent bien plus que la même langue. Les partenaires, soit la Fédération Addiction en France, la Fédito Bxl en Belgique, le GREA en Suisse et l’AIDQ au Québec, embrassent la même conception de la problématique des dépendances, une vision biopsychosociale et une approche des problèmes liés à l’alcool et aux drogues favorisant la santé publique ainsi que la sécurité, la justice sociale et l’équité. Tous croient que des changements faisant appel à une approche complète de réduction des méfaits et de santé publique sont nécessaires pour prévenir et traiter les problèmes de dépendance. C’est à cette conception plus globale et moderne que seront conviés les participants de ce premier rendez-vous francophone.

D’ailleurs, certains des thèmes abordés au Sommet font aussi l’objet d’articles dans la toute nouvelle revue Addiction(s) : recherches et pratiques, une initiative de la Fédération Addiction, en collaboration avec la Fédito Bxl, le GREA, l’AIDQ et le RISQ.


Lisa Massicotte est directrice générale de l’Association des intervenants en dépendance du Québec.

Consultez aussi:

Revue Addiction(s) : recherches et pratiques

Sommet francophone sur la réduction des méfaits liés aux drogues – Programmation

Renseignements additionnels sur la réduction des méfaits

Pas encore de commentaires.