29e Rencontre nationale des intervenants en réduction des méfaits liés aux drogues

Du 6 mai 2015 au 21 septembre 2019

Programme de la journée

Présentations:

Criminalisation de l’exposition au VIH: enjeux pour les personnes vivant avec le VIH et pour l’intervention, par Riyas Fadel, MSSS, et Liz Lacharpagne, COCQ-SIDA

Au Canada, toute personne se sachant infectée par le VIH à l’obligation légale de divulguer sa séropositivité avant d’avoir des relations sexuelles comportant une « possibilité réaliste » de transmission du VIH. Une personne vivant avec le VIH qui omet de divulguer dans ce contexte peut être reconnue coupable d’une infraction criminelle et ce, même si elle n’avait pas l’intention de transmettre le VIH et même si l’autre personne n’a pas été infectée.

Une personne se sachant infectée par le VIH ou le VHC peut-elle aussi être poursuivie si elle ne divulgue pas sa séropositivité avant de partager son matériel de préparation, d’injection ou d’inhalation? À partir d’exemples de cas et de décisions rendues par les tribunaux, cet atelier abordera les obligations juridiques des personnes vivant avec le VIH en lien avec la divulgation. Il explorera les enjeux pour les intervenants qui travaillent avec des personnes vivant avec le VIH ou atteintes d’hépatite C. Enfin, il proposera des pistes d’intervention et des outils.

 

ITSS: Dépistage 101 derrière les barreaux, par Sylvie Chalifoux, infirmière SIDEP, Isabelle Drainville, travailleuse sociale, CSSS Ahuntsic et Montréal-Nord, équipe SIDEP

Cet atelier a pour but de renseigner sur les services offerts par l’équipe en milieu carcéral et les défis d’offrir des services intégrés de dépistage et de prévention des ITSS dans ce milieu. Par le récit d’une histoire de cas, les conférencières vous présenteront les différentes trajectoires que peuvent suivre les personnes qui demandent un dépistage d’ITSS entre les murs. L’atelier vous sensibilisera à la réalité vécue par la population carcérale aux prises avec une ITSS. Finalement, les conférencières échangeront avec vous quant aux défis d’intervenir dans la philosophie de réduction des méfaits dans un contexte où la sécurité est à l’avant-plan.